vendredi 22 février 2013

Vers un blocage des institutions israéliennes ?


Yaïr Lapid, Nephtali Bennet et Shaoul Mofaz ont, vraisemblablement, décidé de se réunir pour se voir distribuer les trois principaux ministères du gouvernement d’Israël. Les Affaires étrangères seront dévolues à Yesh Atid, l’Economie à Beït Hayehudi et la Sécurité à Kadima. Le hic à tout cela est qu’ils transformeraient de fait le Likoud, principal parti du pays, en mouvement subalterne et chambre d’enregistrement de leurs décisions.

Benjamin Netanyahou, ainsi que son parti, ne pouvant raisonnablement accepter ce diktat, et face à ce bloc apparemment intransigeant, de surcroît constitué sur le dos des Haredim, de nouvelles élections sont-elles en vue ?

Si c’est le cas, il semblerait que l’Etat d’Israël se dirigerait vers un blocage de ses institutions.

Selon un sondage (1) de la Knesset, Yaïr Lapid, devançant le Likoud, obtiendrait trente sièges et ferait de lui, un individu inexpérimenté, le prochain Premier ministre. Mais pour gouverner sur quel programme et avec qui ?

Sur le programme :

Sur sa page Facebook, Yaïr Lapid a assuré que « la question est de savoir si nous ferons partie du gouvernement avec nos principes, ou si nous serons dans l'opposition a cause de nos principes ». Devenu Premier ministre, aura t-il le même discours ou sera-t-il contraint de transiger pour former une coalition ?

Il transigera bien évidemment ! Ce qui déconsidère ses positions actuelles.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

Avec quels partis ?

Outre les Haredim, mis d’emblée sur la touche, et sauf arrivée improbable de nouveaux partis, il ne restera plus que les partis Avoda, Tnouha, Beït Hayehudi, Kadima et Meretz pour constituer une majorité stable.

Aucun politologue sérieux n’imaginera les électeurs de Beït Hayehudi satisfaits de voir leur parti siéger aux côtés de Meretz. Voire même dans un gouvernement portant à gauche. Ce qui réduira cette coalition à une peau de chagrin voire à être dans l’impossibilité de gouverner sans faire appel aux partis arabes ou au Likoud.

Ce dernier acceptera t-il d’être, là encore, un mouvement subalterne, la chambre d’enregistrement et la caution de cette coalition très loin de sa ligne directrice ? 

Rien n’est moins sûr !

A l’aune de cette analyse, peu de doute demeure quant au fait que le trio formé finira pas se rompre et par intégrer, en partie ou en totalité, le gouvernement de Netanyahou. Dans le cas contraire gageons que les électeurs, refusant un blocage de leurs institutions, sauront faire la part des choses en ramenant les prétentions de ces trois partis à leurs justes proportions et porteront en grande majorité leurs suffrages vers des partis expérimentés ayant déjà prouvé leurs aptitudes à gouverner leurs intérêts.

***********

(1) : 30 sièges pour Yesh Atid ;  22 sièges pour le Likoud Beitenou ; 15 sièges pour Bayit Yéhoudi ; 13 sièges pour les travaillistes ; 9 sièges pour Shass ; 7 sièges pour Meretz ; 6 sièges pour Judaïsme Unifié de la Torah ; 4 sièges pour le parti de Livni ; 4 sièges pour Hadash ; 3 sièges pour la liste arabe unie ; 3 sièges pour Israël Fort ; 2 sièges pour Kadima ; 2 sièges pour Balad.

Lire aussi  Quel gouvernement pour Israël ?

9 commentaires:

misha uzan a dit…

Votre analyse laisse de côté par mal de points Victor, si je puis me permettre.
Le peuple a porté une majorité de 62 mandats formés par le Likoud-Beitenou, Yesh Atid et Habayit Hayehudi. Ces deux derniers ont bien mérité des postes importants, mais il en reste encore beaucoup au Likoud-Beitenou, dont celui de premier ministre, qui n'est quand même pas négligeable (celui de la justice aussi, très important, et qu'il vient de confier à Livni contre la volonté de ses électeurs).
Il faut se demander pourquoi Netanyahou tient tant que ça à inclure dans son gouvernement des Haredim qui se sont opposés à toute réforme sur les questions sociales majeures qui permettraient de faire avancer le pays et dont l'idéologie est fort éloignée de celle des électeurs des partis de droite et centre-droit, Likoud compris.
Si Lapid monte en cas de nouveau vote, selon le sondage de la Knesset que vous citez, c'est bien parce que la question de la conscription pour tous est un point essentiel pour la majorité des Israéliens qui travaillent et font l'armée.
Il faut se demander si Netanyahou ne se préoccupe pas plus des postes ministériels, de l'avenir de son parti et de son propre avenir, plutôt que de la volonté du peuple. Est-ce par pression extérieure, par intérêt personnel?
Cordialement
http://Francis-info.blogspot.com

Victor PEREZ a dit…

Misha,

Il est évident qu'ici chacun pense d'abord aux intérêts premiers de son parti. Lapid se projette déjà dans l'avenir et se voit premier ministre sans même avoir démontré la moindre de ses capacités et Bennet verrait bien un gouvernement sans Netanyahou.

Le Likoud Beitenou a été désigné comme principal parti. Il lui revient donc, selon la volonté des électeurs, de conduire le prochain gouvernement en incluant de nombreux partis poour résoudre le maximum de problèmes.

La volonté de Lapid et de Bennet est de transformer cette élection en tremplin pour leur futur personnel et non pas dans l'intérêt du pays.

Netanyahou n'a pas à exclure les Haredim mais à les amener à participer à une modification de l'état. Lapid et Bennet souhaitent le faire contre eux. Quitte à créer un divorce, voire une guerre civile ?


misha uzan a dit…

Je pense qu'il est évident pour tous que Netanyahou doit être et doit rester le 1er ministre, là-dessus il n'y a pas de discussion, il a obtenu le mandat du peuple (pour le moment en tout cas).
Mais que Lapid et Bennett voient l'élection comme un tremplin est tout à fait discutable (de façon relative tout le monde voit son propre intérêt mais il importe de penser à son mandat vis-à-vis du peuple avant, bien entendu).
Quant aux Haredim, je ne comprends pas cette obsession de vouloir intégrer tout le monde dans le gouvernement. C'est le meilleur moyen de ne rien faire (comme auparavant, comme jusqu'à maintenant). Et c'est justement en ne faisant rien qu'on s'oriente lentement vers des conflits intérieurs (je n'irais pas jusqu'à la guerre civile). Au contraire les Haredim doivent comprendre que nous n'acceptons plus leurs passe-droits et, ou bien ils se soumettent à la loi, ou bien ils prennent leur responsabilité. La situation actuelle ne peut plus durer et c'est franchement hypocrite de la part des partis haredim d'appeler à l'union lorsque ce sont eux qui divisent en ne remplissant pas leurs devoirs envers l'Etat (Etat dont ils ne sont même pas fondamentalement partisans).

Même chose pour les députés des partis arabes qui se plaignent de ne pas à être égalité avec les Juifs (ce qui est faux), mais qui refusent de remplir tous leurs devoirs envers l'Etat (comme un service national).
Et il semble que la poussée de Lapid en cas de nouvelles élections montre que Netanyahou est en train de s'éloigner de la volonté des électeurs du Likoud, qui sont plus proches de Lapid et de Bennett que de Livni.

Ce qui est intéressant c'est que ce ne sont pas nos visions idéologiques qui divergent, mais simplement la façon dont nous voyons les tentatives des uns et des autres, alors que sur le fond nous sommes d'accord sur beaucoup de points.

Cordialement.
http://francis-info.blogspot.com

Victor PEREZ a dit…

Misha,

Il est évident que pour les Haredim la situation va changer. La question est de savoir si on le fait avec eux ou contre eux.

Il me semble que Netanyahou essaie d'éviter tout conflit supplémentaire alors que les deux autres ne cherchent pas à l'éviter. Il est tellement facile de diviser ! Ce qui au final bloquera les institutions.

Quant aux arabes qui les veut à l'armée ? Seul le shirout léumi leur sera opposé. Mais là encore faut-il les forcer ou tenter de les faire coopérer ?

Hag saméah et shavouah tov

misha uzan a dit…

Il conviendrait de ne pas être naïf.
Est-il possible de faire voter avec eux une loi qu'ils refusent?
Que signifie "avec eux" dans ce cas?
Il y a bien longtemps qu'ils bénéficient d'une situation discriminante à l'égard des Juifs non haredim, ça ne les a pas gênés pour autant.
Les choses auraient dû évoluer aussi lors de l'alliance entre le Likoud et Kadima, ça ne s'est pas fait. Là aussi Netanyahou ne voulait pas diviser, le résultat a été de ne rien faire, peu importe à cause de qui.
Ni les électeurs du Likoud, ni ceux de Yesh Atid et d'Habayit Hayehudi ne souhaitent que ça recommence. En revanche, Livni est plus préoccupé par Abbas et on ne peut pas faire confiance envers les Haredims de Shass et Yaadout Hatorah pour faire voter une loi qu'ils refusent. C'est là que tout sera bloqué.
La priorité pour le pays c'est de composer un gouvernement simple avec le Likoud-Beitenou, Yesh Atid et Habayit Hayehudi, le reste n'est que du supplément. Netanyahou a l'occasion de former un gouvernement sans Haredim et il est encore en train de la manquer.

Hag Pourim Sameah
http://francis-info.blogspot.com

Victor PEREZ a dit…

Misha,

Le gouvernement idéal pour vous met une population déjà pas très aimé sur la sellette. Ce gouvernement votera peut-être une loi pour l’enrôlement de tous mais accentuera le divorce entre les religieux et les laïcs. Je crains donc de sacrés mouvements d'humeurs.

Il faut donc que leurs partis soient au gouvernement pour accompagner cette loi. D'autre part chacun devra faire des concessions. Le duo n'en prend pas le chemin.

Ceci dit, un tel gouvernement sera un gouvernement minoritaire qui tombera dès que l'un des trois partis jugera le moment opportun pour lui.

Incorporer les haredim permettra aussi de juguler toute tentative d'élections anticipées et de donner une stabilité à ce gouvernement. Stabilité ultra nécessaire actuellement.

misha uzan a dit…

Je ne comprends pas que vous ne le compreniez pas : le divorce entre Haredim et non Haredims (pas entre religieux et laïcs) est accentué par l'absence de loi égalitaire. Voter une loi égale pour tous mettra les gens devant leur responsabilité, au lieu que les uns paient pour les autres. Avez-vous fait l'armée en Israël Victor? Les Haredim n'accompagneront rien du tout. Vous vous opposez aux antisionistes arabes au gouvernement, faites de même avec les Haredim. Sinon rien ne changera, encore une fois et les Haredim joueront la montre en espérant être de plus en plus nombreux.
Quant à l'argument de la coalition pouvant exploser à tout moment, c'est un peu léger, n'importe quelle coalition peut exploser à tout moment, une grande coalition peut empêcher de nouvelles élections en multipliant les combines politiques mais empêchera aussi les choses de changer. Si Shass hérite à nouveau du ministère du logement, ou du ministère des cultes, à quoi bon! Il ne s'agit pas de religieux ou laïcs, mais de modernes et anti-modernes.

Les élections servent à trancher! Le peuple a tranché avec 62 sièges pour des partis de droite et de centre droit modernes non haredim.

Cette discussion est sans fin mais je m'étonne de votre complaisance à l'égard des Haredim, où habitez-vous Victor?

Victor PEREZ a dit…

Misha,

Pensez vous réellement qu'une loi pourra changer un état de fait qui dure depuis des décennies ? Pensez vous que cela soit si simple ?

Seule la participation des haredims permettra d'avancer sans heurts vers ce changement. D'où la nécessité de leur participation au gouvernement.

Par ailleurs, arrêtez avec vos slogans. Si les "uns paient pour eux" et s'ils n'adoptent pas notre "modernisme", il n'en reste pas moins qu'ils préservent le côté juif de l'Etat d'Israël. Qualité qui est pour moi essentielle. Et je ne compte pas sur le Likoud, Israël Beitenou, Yesh Atid et autres pour cela. Je doute même de Baït Hayaoudi sur ce sujet. Leur donner le ministère des cultes m'inquiète. Pour info j'ai voté Likoud et non Shass.

Les "combines" pour moi s'appellent accords politiques. Lorsque j'analyse la situation israélienne depuis 65 ans cela me rassure. Lorsque j'analyse la France et son scrutin majoritaire, je suis renforcé par ce système à la proportionnelle.

Avoir les Haredim dans la coalition interdira à chaque parti de jouer solo. Même ces derniers seront neutralisés dans le cas d'une loi qui leur déplaira.

Si le peuple a tranché, il n'a pas exclu une partie du peuple. Ce n'est pas en divisant qu'Israël se renforcera ni se grandira.

misha uzan a dit…

Vous avez raison, il ne s'agit pas simplement de voter une loi et basta! Ce sera un travail de longue haleine et c'est pour cela que l'occasion de faire un gouvernement sans haredim qui puisse durer 5 ans doit être saisie. C'est parce que les Haredim, qui je le répète, ne sont pas sionistes (mais anti-sionistes et a-sionistes -je vous avais déjà parlé de ce terme que j'ai créé dans un mémoire académique), ont toujours des postes importants qu'ils nous font tourner en rond sur ce sujet. En les intégrant ce ne sera pas un "changment sans heurts" mais pas de changement, comme en août dernier.
Quant au caractère "juif" de l'Etat d'Israël, si vous trouvez que le Likoud,Israel Beitenou, Yesh Atid ou Habayit Hayehudi ne le préservent pas, mais les Haredim si, je ne suis pas sûr que nous ayons la même définition du mot "juif" dans ce cas.
Quant à la question de la division, Israël est déjà divisé lorsque certains font l'armée et d'autres pas, Israël est déjà divisé lorsque certains travaillent et d'autres pas, ou lorsque certains -pas tous- se ghéttoïsent, ce ne sont pas des slogans. Et Israël sera plus divisé encore si l'on ne fait rien rapidement, car, vous le savez, la démographie des Haredim joue en leur faveur, et ils le savent.
Quant à la proportionnelle, elle a ses avantages et ses inconvénients mais je le répète, faire une coalition avec tout le monde, n'a pas grand intérêt.
Enfin sachez bien sûr que je ne vous reproche pas d'avoir voté Likoud et je ne vous reproche rien, simplement je ne suis pas sûr qu'il faille soutenir systématiquement le Likoud lorsqu'il s'égare et l'alliance à long terme avec les Haredim est un égarement.
Tous les changements sont plus ou moins imposés à une partie de la population, l'important est qu'ils le soient démocratiquement. Il faut donc imposer aux Haredim le service civil si ce n'est militaire, comme aux Arabes, et il y a des solutions. S'ils le refusent radicalement, ils confirmeront leur politique communautariste et hostile à l'Etat en soi.
Il ne s'agit pas d'être hostile en soi à Netanyahou (comme Livni l'a été pendant la campagne), ni au Likoud, mais Netanyahou a échoué au mois d'août en invoquant justement l'unité de la nation, il n'a pas osé se heurter aux Haredim, or il n'est pas toujours possible de faire tout dans la douceur comme nous le constatons avec nos voisins. Netanyahou semble s'orienter à présent vers un 2e échec car ne comptez pas sur une coalition comprenant Livni, Shass et Yaadout Hatorah pour mener de véritables réformes. Livni ne pense qu'à Abbas et Shass et Yaadout Hatorah qu'à leurs intérêts communautaires. Si vous soutenez le Likoud, vous le savez sans doute.
Sur ce, je vous propose d'observer le déroulement des choses et nous en reparlerons une prochaine fois si vous voulez bien.

Cordialement, allons boire un café si vous voulez bien.
Misha Uzan
http://francis-info.blogspot.com